lundi, septembre 14, 2020

Crumble aux mûres de la Tamise

Savez-vous que les bords de la Tamise regorgent de mûres ? L'on trouve facilement en se balladant de grands buissons de ronces, lesquels, à la bonne saison, regorgent de petites douceurs. Parfois, l'on voit des endroits où les mûres semblent déjà avoir été cueillies, mais trop souvent, ce sont des grappes entières de mûres en train de pourrir sur pied que l'on découvre. Quel dommage, autant se dépêcher de les cueillir et de les manger ! Parfois, cependant, elles sont encore bien rouges, comme sur la photo (sauf celle sur la droite, là, qui se planque derrière la feuille, on la veut !), et l'on se promet de revenir la semaine suivante une fois que le soleil aura fait son oeuvre.

J'aime bien manger la mûre que je viens de cueillir, mais je trouve que le goût se gâte vite. Dès le retour à la maison, c'est déjà moins bon, et après un passage au réfrigérateur, c'est franchement moyen. Heureusement, le moyen sûr de sublimer la mûre, c'est le crumble. Même après 3 ou 4 jours de frigo, une fois dans le gâteau, avec quelques pommes pour faire bonne mesure, c'est un vrai délice. Je fais pour le moment au plus simple avec cette recette, mais il doit y avoir moyen de faire encore mieux, avec du sucre roux, par exemple.

Alors, à servir, l'esthétique souffre un peu. Ce n'est pas pour rien que les restos servent les crumbles en portions individuelles. Mais qu'est-ce que c'est bon !

vendredi, août 21, 2020

Un peu de pâtisserie

Et on refait de la brioche ! Ça faisait longtemps. C'est une recette plutôt simple, d'une brioche légère qui s'apparente plutôt à du pain au lait, et c'est rudement bon. Faire de la brioche, c'est bien, mais faire de la brioche en forme de crocodile, c'est mieux !

Alors, il était plutôt joli avant la dernière levée, mais la brioche, ça monte très, très bien, et le croco a rapidement pris de l'embonpoint. Après cuisson, voyez donc le monstre !
Question goût, c'était super. Un vrai goût de brioche, pas non plus suintant de beurre. À recomencer !

samedi, juin 20, 2020

Un pot pour les plantes

Voilà des as du marketing. En 5 secondes de pub Youtube obligatoire, ils m'avaient convaincu de regarder jusqu'à la fin, et à la fin, ils m'avaient convaincu de les soutenir dans leur Kickstarter. De quoi s'agit-il ? D'un pot de fleurs !

Plus exactement, d'un pot en céramique adapté à la culture hydroponique (ça fait nettement plus classe, tout d'un coup). L'idée est de remplir d'eau le récipient en céramique, et de laisser l'eau traverser les parois pour y faire pousser les plantes qui s'y accrochent. Non seulement c'est super joli, mais en plus c'est censé être facile à utiliser puisqu'il n'y a pas de risque de donner trop ou trop peu d'eau: on s'assure que le pot est suffisamment rempli, et les parois se chargent de délivrer la bonne quantité à la plante.

La vidéo et les photos sont impressionnantes, maintenant reste à savoir si ça va faire pareil chez nous ! Réponse à l'automne, quand (si ?) le bidule arrive !

jeudi, mai 21, 2020

Sel et sucre au microscope

C'est toujours amusant de regarder des trucs dans un microscope. Le textile, par exemple : n'importe quel vieux T-shirt, vu de près, montrera un enchevêtrement passionnant de fils.

Et c'est encore mieux quand on peut prendre une photo de ce qu'on a vu. Notre microscope venait avec une sorte d'adaptateur pour téléphone à cet effet, mais malheureusement c'est assez instable. Finalement, le tenir à la main en essayant de rester stable et de viser l'oculaire, ça ne marche pas si mal.

Voici donc des photos d'un grain de sucre, en haut, et d'un grain de sel, en bas. Plutôt différent !

samedi, mai 02, 2020

Gâteau à la banane, bis

Parce que c'était vachement bon, on en a fait un deuxième, mais cette fois ci, j'ai poussé la gourmandise jusqu'à ajouter des pépites de chocolat. Et surtout, je me suis souvenu de bien prendre la photo !

Pour référence, c'est cette recette que j'ai utilisée.

mercredi, avril 15, 2020

Petits pains

En parlant d'épeautre, voici notre dernière tentative de faire du pain. Farine d'épeautre complète, levure, eau, sel, un poil d'huile, et basta !

La recette que j'ai trouvée proposait d'utiliser de l'huile sur le plan de travail, les mains et le rouleau, plutôt que de la farine, et ça marche pas mal du tout.

Alors, comme d'habitude, il manque le craquant, et le pain n'a pas beaucoup levé, mais ces miches sont tout à fait à la hauteur pour manger avec de la soupe ou pour mettre sous les tranches du gruyère de 2 kg planqué dans le frigo.

Farines alternatives et gâteau à la banane

Cette période de confinement est l'occasion idéale pour s'essayer aux farines alternatives. Principalement parce qu'il n'y a plus que ça en magasin.

J'ai donc fait l'acquisition d'1 kg de farine d'amande (moi, j'appelle ça de la poudre d'amande, mais enfin) sans trop savoir qu'en faire, et je me suis mis à chercher des recettes. Ça tombe bien, je suis tombé sur ce gâteau à la banane qui cochait toutes les cases. Pas de beurre (mon cholestérol!), et tout plein de farine d'amande, avec juste 80 grammes de farine "normale" (j'ai quand même utilisé de la farine d'épeautre entière, on ne se refait pas).

Le résultat était très satisfaisant, avec ce petit goût d'amande très agréable. La texture, pas très différente d'un gâteau à la banane habituel, où le fruit à tendance à tout coller ensemble de toutes façons. J'avais mis la dose de levure chimique, et le gâteau est monté gentiment.

Pas de photos, malheureusement, car nous avons tout mangé avant qu'il ne me prenne l'idée d'immortaliser la bête. Mais on en refera.

jeudi, mars 12, 2020

Le bon brownie et le mauvais brownie

Expérience étrange : j'ai cuisiné deux brownies en deux jours avec strictement la même recette, et j'ai obtenu des résultats bien différents : le premier était moelleux et cuit juste comme il faut, alors que le deuxième était un peu brûlé sur le dessus, s'effritait et tombait en morceaux.

Quelle différences ? À priori, seulement deux. La première, c'est l'utilisation d'une autre marque de chocolat à cuire, avec cependant dans les deux cas des marques plutôt reconnues, avec un taux de cacao raisonnablement similaire. La deuxième différence, c'est l'utilisation de sucre cristal (granulated sugar, en anglais) plutôt que du sucre semoule (caster sugar). Et je pense bien qu'il s'agisse du coupable. En effet, l'on peut imaginer que le sucre cristal, ayant moins fondu, ait caramélisé sur le dessus du gâteau, et qu'il ait empêché au gluten de former les liens pour faire une pâte moelleuse.

D'autres expériences seront nécessaires, mais je compte bien faire bien plus attention au type de sucre que j'utilise.