dimanche, novembre 05, 2017

Crime de l'Orient Express (2017)

Je ressors de la projection du nouveau "Crime de l'Orient Express". Au final, c'est une bonne surprise, même si j'ai trouvé les ressorts hollywoodiens par trop visibles.

L'on retrouve donc Hercule Poirot, joué par Kenneth Branagh, également à la mise en scène, doté d'impressionnantes moustaches, et entouré de la douzaine de suspects du meurtre dans le wagon de première classe de l'Istanboul-Calais. Avec Johnny Depp, Judi Dench, Penelope Cruz, Michelle Pfeiffer et bien d'autres pointures, c'est une affiche impressionnante, mais qui tombe parfois un peu (beaucoup ?) dans le cabotinage.

Et puis, il y a la patte hollywoodienne, comme je l'indiquais précédemment, qui se fait parfois lourde.

L'on a ainsi la scène d'exposition initiale, où Poirot démontrera forcément son talent dans une autre affaire, avant d'embarquer sur le train. L'on aura également d'inutiles scènes d'action (!), courses dans un pont de chemin de fer, tirs de flingues, et batailles à la canne. Une scène finale qui se fait dehors et qui place tous les suspects comme dans un tribunal avec Poirot dans le rôle de l'avocat général. Tout ce temps passé en dehors du train est d'ailleurs dommage, puisque la force du roman était justement ce huis-clos étouffant, et la montée de la tension alors que les indices contradictoires s'accumulent.

Il y a également le passage obligé de l'arc narratif autour du personnage principal, d'un Poirot qui doit revoir ses principes lors de la découverte de la vérité, alors que le roman s'en passait fort bien et gardait une certaine distance.

Bon, mais sinon, j'ai quand même bien aimé ! L'histoire, bien que modernisée, est globalement respectée, et l'humour y est bien dosé. Mais c'est surtout l'atmosphère et les décors qui m'ont plu : ce train luxueux est vraiment magnifique, et l'on est projeté au cœur de l'entre deux guerre. Les costumes sont également à la hauteur.

Mention spéciale également à la scène de l'orage, vraiment impressionnante. Ce train qui traverse en pleine nuit et à toute vitesse la montagne enneigée au milieu des éclairs et du tonnerre, ce sont vraiment de belles images.

Bien sûr, maintenant, je n'ai qu'une envie, c'est de relire le roman !

vendredi, octobre 27, 2017

Sauté de crevettes et œuf poché

Je me suis fait une petite assiette gourmande, et je l'ai trouvée si jolie que je me suis dit que ça serait dommage de ne pas partager, du moins en images. Voici donc mon sauté de crevettes, courgette et noix de cajou, avec un œuf poché.

J'ai fait revenir une courgette coupée en dés avec un peu d'ail, puis rajouté quelques tomates cerises, puis les crevettes déjà cuites juste pour 2 minutes afin de les réchauffer, et enfin les noix de cajou tout à la fin. Entre temps, j'avais poché un oeuf simplement le cassant dans un bol et en le faisant délicatement glisser dans une casserole d'eau bouillante, puis en le laissant cuire pendant 2 minutes, pas plus, pour garder le jaune coulant.

À manger avec du riz ou un morceau de pain.

lundi, octobre 16, 2017

Un goûter

Rien de tel qu'un bon gâteau pour sublimer le dimanche. Pour un goûter entre amis, j'ai cuisiné un clafoutis et un gâteau au chocolat.

Le clafoutis, c'est vraiment inratable, délicieux, et pas si lourd que ça. Omelette aux fruits, ça fait tout de suite plus diététique, non ?

Ce n'était franchement pas la saison pour les cerises, alors j'ai mis des framboises, ce qui marche très bien, et ce qui évite d'entrer dans l'éternel débat entre ceux qui dénoyautent et ceux qui pensent que c'est une hérésie.

Et puis, pour accompagner, l'éternel gâteau au chocolat, dont je me suis déjà plaint ici même. Alors, avec du sucre standard, ça fond mieux, ce qui aide peut-être à ne pas casser les bulles d'air dans les blancs en neige, mais j'ai quand même bien eu l'impression que ça retombait. Et puis, le chocolat avait un petit goût de trop cuit. Peut-être fallait-il le tenter en fondant, et le faire cuire 20 minutes au lieu de 45 ?

dimanche, août 13, 2017

Une crèpe de 300 millions d'années

C'est moi, ou ma crêpe ressemble furieusement à un trilobite ?

samedi, août 12, 2017

Congélateur

Hey, mais j'ai encore du poulpe dans le congélateur, moi ! Je dois encore expérimenter avec la cuisson lente.

dimanche, juillet 23, 2017

Plus de poulpe

Cette fois-ci, j'en ai acheté 2 kilos. Première expérience, d'après la recette recommandée par le poissonnier : blanchir les céphalopodes pendant 10 minutes, puis les débiter et les faire frire à la poêle.

Alors, déjà, prévoir une grande casserole. Après quelques secondes dans l'eau bouillante, les bestioles se raidissent et il devient difficile de contenir tout ce petit monde. Ensuite, direction la passoire, puis passage à l'eau froide pour pouvoir les manipuler.

Ensuite, découpage en petits morceaux.

L'on peut alors faire frire tout ce petit monde pendant une dizaine de minutes. J'ai décidé de donner une tonalité orientale à la chose en ajoutant sauce soja et huile de sésame.

Au goût, c'est très bon. En revanche, question texture, ça reste très raide, et il faut bien mâcher.

Vu qu'il m'en reste au congélateur, je m'en vais essayer la cuisson au four pendant 2 heures, pour voir si ça change quelque chose.

dimanche, juin 25, 2017

Le poulpe

Une fois cuits, ils ont un peu l'air de vouloir déclarer quelque chose comme "bring us to your leader", mais ils étaient absolument délicieux. Laissez moi donc vous conter comment j'ai fait cuire ces petites bêtes.

Chez mon poissonnier favori, j'ai donc vu ces petits poulpes qui me faisaient de l’œil. Une fois achetés, j'ai regardé mes bouquins de cuisine, et la recette la plus intéressante les passait au gril après les avoir marinés. Je les ai donc laissés 3 heures dans le frigo dans un mélange d'huile d'olive, d'ail, d'origan, de sel et de poivre. J'ai ensuite fait chauffer un plat au grill, et, quand il était bien chaud, rajouté un peu d'huile dedans, et ai fait griller mes poulpes pendant 6 minutes en les retournant de temps en temps. Et c'est tout !